FootNantais.com (Fan Club Nantais)    -     Site indépendant et non officiel    -     Collectif de Défense du Football à la Nantaise



Der Zakarian dans l’œil du cyclone

Bordeaux / Nantes (2-0) - Résumé, le 25 août 2008
 

Nantes a été battu 2-0 à Bordeaux où il s'est montré catastrophique durant les vingt premières minutes. Une erreur de Gravgaard a coûté un but et accentué le désarroi collectif. Lorsque les Canaris ont rectifié leur schéma tactique et se sont repris, il était trop tard. La situation ressemble étrangement à celle d'il y a deux ans où, déjà, le recrutement avait été mené de façon peu cohérente. Mêmes causes, mêmes conséquences. Et maintenant Michel Der Zakarian va payer la facture. (B.V.)

(© 2008) (http://www.fcnantais.com/articles/080825BordeauxNantesResume.php)

Comme il y a deux ans
Il y a eu le match, le terrain. Et puis les coulisses, les rumeurs. Depuis plusieurs années déjà les secondes comptent à Nantes au moins autant, plus peut-être, que le jeu. Hélas.

A Bordeaux, les Canaris se sont présentés, pour la première fois en Ligue 1 depuis 1963, c'est à dire depuis toujours, avec un seul joueur qu'on peut considérer comme issu de la maison jaune : Claudiu Keserü. Encore un effort du recruteur, auquel il doit bien rester l'une de ses perles rares sous le coude, et Nantes s'alignera avec zéro joueur formé à Nantes !

Avec son président, ils prétendront sans doute que c'est le football moderne. Ou qu'ils paient les erreurs du passé. Eh bien ! On l'a déjà écrit, le football moderne, comme ils disent, enfin celui qui actuellement plaît et gagne, semble se jouer davantage avec des techniciens vifs faisant circuler rapidement et intelligemment le ballon qu'avec de grands gabarits lourds et empruntés.

Quant au passé récent, ils n'en paient pas seulement les erreurs, ils les renouvellent. Car enfin, quelles sont les différences entre l'équipe bâtie de bric et de broc par Roussillon en 2006 et celle d'aujourd'hui ? Mêmes méthodes, mêmes conséquences.

Kita « mieux » que Roussillon ?
Le temps est déjà venu, après trois journées, de payer la note et elle va être présentée à Michel Der Zakarian. Comme Serge Le Dizet il y a deux ans, il bénéficiait d'un contrat de défiance de son président. Comme lui, il a souvent pu lire et entendre des informations assurant qu'un autre technicien avait été pressenti. Et comme lui, il va payer les pots cassés. Ce n'est plus apparemment qu'une question de jours ou de détails à régler, avec Alain Perrin, nous dit-on volontiers. Roussillon avait attendu 6 matches, Kita est capable de faire mieux. Le comble serait qu'un jour le recruteur-directeur sportif enfile le costume d'entraîneur. Pourquoi tu tousses Japhet ?

L'erreur de Gravgaard
Mais revenons pour l'heure à Bordeaux où, pendant vingt horribles minutes, les vingts premières, nous avons avons beaucoup, beaucoup souffert. Parce que nous avons vu ce que le FC Nantes est devenu : un assemblage plus ou moins hétéroclite de joueurs enrôlés sans idée véritablement directrice et ne parvenant pas à mettre en place un football cohérent. Il n'y avait qu'une équipe sur le terrain, celle de Bordeaux. Les Canaris étaient submergés, incapables de renvoyer le ballon, sinon loin devant, dans les nuages (N'Daw) ou directement à l'adversaire (Moullec).
La question était de savoir combien de temps ils allaient pouvoir tenir. Gravgaard, qui avait été promu capitaine, se chargea de donner la réponse, en précipitant les événements au bout de seulement 5 minutes. Voulant passer le ballon en retrait à Heurtebis, il trouva le moyen de le donner directement à Bellion. Le cadeau était magnifique. Le gardien nantais essaya de raccommoder la faute mais en se jetant dans les pieds de l'attaquant girondin il commit l'irréparable. Penalty et carton jaune.

En mai 2007, alors que les canaris agonisaient sur la pente savonneuse qui les conduisait en Ligue 2, Heurtebis avait stoppé un penalty. Cette fois, il ne put que déplorer la casse : il plongea sur sa droite, le ballon passa à gauche.

Changement tactique
Pendant le quart d'heure qui suivit, Nantes vécut l'enfer, à l'image de Douglao qui, lent et peu réactif, voyait, ou plutôt ne voyait pas, Bellion, filer sans arrêt dans son dos. Cavenaghi (15è), Gourcuff (16è), Gouffran (20è) eurent des ballons de KO et il fallut que Tony Heurtebis sorte le grand jeu pour préserver le suspense. Nantes avait entamé la partie avec un axe central peu complémentaire (Gravgaard – Douglao) et un milieu de terrain à trois milieux récupérateurs, Faty, N'Daw et De Freitas. Abdoun s'était placé en soutien de Keserü et de Klasnic. Da Rocha et Babovic étaient sur le banc. Le plan ne marchait pas («  il faudrait qu'on travaille durant la semaine comme on veut jouer le dimanche  », glissera Faty à l'heure des commentaires) et très vite il fut modifié, Nantes revenant à un 4-4-2 plus classique avec N'Daw et Faty à la récupération axiale et Abdoun et De Freitas sur les côtés. Ces deux derniers alternèrent d'ailleurs, tantôt à droite, tantôt à gauche, toutefois il faut bien reconnaître que leur mission première consista à défendre. 4-4-2, certes mais avec Klasnic et Keserü isolés en pointe et en conséquence sevrés de ballon.

Nantes réagit
Nantes pourtant, peu à peu, revint à la surface et Abdoun n'y était pas pour rien. Auteur d'un bon match à Chaban-Delmas la saison dernière avec Sedan, en Coupe de France, il se rappela au souvenir de Ramé, lequel possède la mauvaise habitude de sortir rarement à vide. C'est le ballon ou l'homme, Klasnic s'en est aperçu à ses dépens.

Mais si Abdoun ne termina pas la première période, ce fut par la faute de Wendel qui l'abattit salement par derrière, juste avant la pause. L'arbitre ne siffla même pas coup franc... Auparavant, l'ancien Ardennais s'était donc montré plutôt à son avantage, on pense notamment à une action où, servi sur la gauche par Maréval, il renversa le jeu sur De Freitas. Ce dernier ne put toutefois profiter de l'aubaine, pas plus que Keserü auquel il avait donné en retrait (33è). L'occasion était belle, elle fut contrebalancée, sur le contre, par celle qui échut à Bellion. Heurtebis auteur d'une nouvelle intervention décisive, empêcha le Bordelais de réaliser le break.

Ni le jeu ni la politique dirigeante ne favorisent l'expression collective
Bordeaux avait desserré les tenailles de son pressing («  on a cru trop vite que ce serait facile et que le deuxième but allait venait tout seul  », estima Laurent Blanc) et Nantes vécut alors une période plutôt encourageante. Son football manquait toutefois de liant et de technique pour se révéler efficace. Il est probable aussi qu'individuellement les joueurs girondins se situent, dans leur majorité, une classe au-dessus de ceux de Nantes. Pour compenser, il aurait fallu un collectif bien soudé, bien rôdé, inventif, mais ni le jeu ni la politique menée par les dirigeants ne tendent vers cet objectif.

A ce sujet, Bekamenga qui remplaça le combatif Keserü à la 64è minute ne se présenta pas comme un modèle d'altruisme. Capoue, lui, avait succédé à Abdoun et pris possession du flanc gauche, De Freitas se chargeant du côté droit. Klasnic continuait d'attendre un ballon qui venait trop rarement, il manque d'automatismes avec Keserü (qui n'effectua pas toujours les bons choix) et aussi, probablement, de condition physique, sans compter que la rudesse des défenseurs girondins l'avaient incité à réfléchir à deux fois avant d'aller s'y frotter. Cependant, il possède le sens du jeu, c'est une évidence.

Des hypothèses qui deviennent des certitudes
N'Daw, pour sa part, a fait meilleure impression, notamment en seconde période, que face à Monaco. Mais visiblement il se montre davantage à l'aise pour défendre que pour faire du jeu et s'il possède de l'abattage, il ne se montre guère précis ni clairvoyant. De Freitas, au terme d'une action Klasnic-Keserü, hérita de nouveau d'un bon ballon mais la détermination des défenseurs girondins, faisant barrage devant lui, l'empêcha de l'exploiter (56è). Il quitta le terrain à la 79è minute, déçu probablement d'avoir dû jouer de façon excentrée. Il céda sa place non pas à Da Rocha mais à Babovic. Les historiens retiendront peut-être malicieusement que Michel Der Zakarian aura ainsi remis une partie de son sort entre les pieds d'un joueur qui est considéré comme l'un des chou-choux du président et ils en concluront à une certaine forme d'innocence.

L'attaquant serbe ne s'érigea pas en sauveur provisoire. Il n'en eut d'ailleurs guère l'occasion et les dribbles qu'il tenta n'impressionnèrent personne, surtout pas les Girondins. Ces derniers, à la 86è minute, alors que Nantes espérait toujours, enfoncèrent le clou. Un corner de Wendel, des défenseurs statiques et Fernando qui surgit pour placer une reprise victorieuse. Encore un but évitable !

Mais à 2-0 le match était plié et les hypothèses concernant Michel Der Zakarian se transformaient en quasi-certitudes. «  Je n'ai rien à reprocher à mes joueurs  », assura l'encore coach nantais, au moment de quitter la Gironde.

 

B.V., le 25 août 2008

 

 


  Feuille de match :

Bordeaux / Nantes : 2-0 (1-0)
Arbitre : M. Bré.
Spectateurs : 29.748.
Buts : Cavenaghi (5' s.p.) Fernando (86').
Avertissements : Heurtebis (5') Capoue (52') N'Daw (66').

Bordeaux : Ramé (cap) - Chalmé, Diawarra, Planus, Jurietti - Diarra - Gouffran (Obertan, 65'), Gourcuff, Wendel - Bellion (Saivet, 85'), Cavenaghi (Fernando, 65'). Ent. : L. Blanc
Non entrés en jeu : Valverde, Ducasse, Tremoulinas, Henrique.

Nantes : Heurtebis - Moullec, Gravgaard (cap), Douglao, Maréval - N'Daw, Faty, De Freitas (Babovic, 79' ), Abdoun (Capoue, 44') - Keserü (Bekamenga, 63'), Klasnic. Ent. : M. Der Zakarian.
Non entrés en jeu : Alonzo, Guillon, Poulard, Da Rocha.


 

 

 

 

 
20/08 [Ouest-France]
24 heures dans la peau d'un lofteur
20/08 [Presse Océan]
Christian Bekamenga est rentré
20/08 [Ouest-France]
Khassimirou Diop encore Nantais
20/08 [Ouest-France]
Lusinga fixé sur son sort aujourd'hui
19/08 [Presse Océan]
Da Rocha : « Le football, c'est collectif »
18/08 [Ouest-France]
Guivarc'h : « Babovic doit lâcher son ballon plus rapidement »
18/08 [Le Télégramme]
Le jour et la nuit
18/08 [Presse Océan]
Vincent Laban, un Nantais en Ligue des Champions
18/08 [Presse Océan]
Keserü ne veut plus être « un intermittent »
18/08 [Presse Océan]
Le FC Nantes en mal de collectif

Recommandez ce site à un ami :

Votre Prénom :

E-mail de votre ami :


 

 

  • Envoyer cet article !      

 
 
A PROPOS DU SITE       CONTACTS       PLAN DU SITE
   

Copyright © 1999/2009 - FootNantais.com (site indépendant non officiel géré par
l'Association de défense du football à la Nantaise et hébergé par Nuxit) - Tous droits réservés.
Aucune des informations publiées sur FootNantais.com ne peut être reproduite, rediffusée ou publiée,
sous quelque forme que ce soit, sans accord écrit de notre part.