FootNantais.com (Fan Club Nantais)    -     Site indépendant et non officiel    -     Collectif de Défense du Football à la Nantaise



Enfin une victoire, encore un petit match

Nantes / Valenciennes (2-0) - Résumé, le 21 septembre 2008

Bagayoko opportuniste
 

Le FC Nantes, vainqueur de Valenciennes 2-0, a enfin gagné. Baup (2 matches, 3 points) a fait mieux que Der Zakarian (3 matches, 1 point) et que Larièpe (1 match, 0 pt). Mais le jeu demeure pauvre et l'avenir ne s'annone pas forcément rose. Il va falloir batailler pour terminer avant la 18è place. La victoire contre Valenciennes a aussi permis à Bagayoko, deux buts, d'effectuer un joli pied de nez à son président, lequel l'avait déclaré indésirable. Il est vrai aussi qu'entre les dirigeants et le public le fossé se creuse. (B.V.)

(© 2008) (http://www.fcnantais.com/articles/080921NantesValenciennesResume.php)

Un match médiocre
« Nantes n'a pas été bon. Mais il faut croire qu'on a été encore moins bon qu'eux puisqu'à l'arrivée on perd 2-0 ».
Cette analyse est signée Antoine Kombouaré et il est assez facile d'y souscrire, même si à la réflexion on peut penser que, des deux équipes, c'est tout de même Valenciennes qui a le plus essayé de construire. C'est lui en tout cas qui a eu l'essentiel de la possession du ballon. Le bonheur des Nantais fut que les Nordistes n'ont pas su saisir leur chance lorsqu'elle passa à portée de leurs crampons, ceux de Danic en l'occurrence.

Ce match a donc été très médiocre, heureusement Nantes l'a gagné. C'est au moins ça et c'est peut-être un premier pas vers la 17è place, laquelle doit plus que jamais contituer l'objectif d'un championnat mal enclenché.

« Je fais joueur ceux qui me paraissent les plus aptes »

On l'avait dit dès le départ, après le recrutement abracadabrant effectué durant l'intersaison, sans aucun souci de complémentarité et avec une pléthore de joueurs moyens, il fallait s'attendre à de grosses difficultés. Elles se sont trouvées accrues par les menaces pesant sur Der Zakarian et par les diktats qui lui ont été imposés. Ainsi, l'ancien coach nantais ne pouvait pas disposer de Mamadou Bagayoko. Ce dernier, pour son premier match de la saison à la Beaujoire, a donné une belle réponse à Kita, lequel l'avait déclaré indésirable : il a marqué deux buts (dont un penalty). Et dire qu'il y a encore trois semaines le recruteur en chef du club lançait : « on ne compte plus trop sur lui... » Elie Baup auquel ce problème fut soumis à l'heure des commentaires l'évacua assez habilement : « moi, je fais jouer ceux qui me paraissent être les plus aptes, je n'ai pas d'autres préoccupations ».

Le public boude et brandit une banderole
Espérons qu'il aura bientôt celle d'améliorer la qualité du jeu, laquelle a été proche du niveau zéro. Oh! Baup n'est pas stupide et il prend bien soin de dire que seul le résultat compte et qu'il néglige la manière. Pour l'instant, semble-t-il ajouter. Le problème est qu'on a bien peur que cet instant se prolonge longtemps. L'an dernier, à Toulouse, il a duré toute la saison et les tribunes sonnaient tristement le creux... La mêlasse qui y était servie avait fini par décourager les spectateurs.

En attendant, de pareil discours, méprisant autant le contenu d'un match, continuent à nous meurtrir lorsqu'ils sont tenus par un entraîneur nantais. Lorsqu'on aime ce club, il n'est pas interdit de s'offusquer quand on entend son patron technique tomber dans le conformisme béat et s'inscrire à l'opposé des idées et de la philosophie qui ont fait sa force et sa gloire.

Nous ne sommes visiblement pas les seuls à souffrir. Cette fois, les spectateurs se sont comptés moins de 20.000 spectateurs à la Beaujoire. 19.772 exactement, même à l'époque de Rudi Roussillon, la désaffection n'était pas aussi forte. Le fossé entre le FC Nantes actuel et le FC Nantes historique ne cesse donc de se creuser : à force de jouer avec l'âme du club, de vouloir en faire une entreprise commerciale banale, les dirigeants vont finir par se brûler et par décourager tous ceux qui ont été élevés dans la culture nantaise et ont appris à la respecter. Une banderole, déployée dans le kop, proclamait avant le coup d'envoi « supporters d'un club, pas de ses dirigeants ».

Deux penaltys discutables
L'un des tournants du match se situa dès la 9è minute. L'arbitre accorda un penalty aux Valenciennois, soit pour une faute de Pierre sur Danic, commise à l'extrême limite de la surface et peut-être à l'extérieur, soit parce qu'il revenait à une précédente intervention litigieuse de Guillon. La décision parut en tout cas assez floue mais Jérôme Alonzo se chargea de gommer les possibles contestations en repoussant le shoot de Danic.

On peut se demander ce qui serait advenu si les Canaris s'étaient alors retrouvés menés, pratiquement d'entrée. Leur football avait déjà beaucoup de mal à se mettre en place, à partir d'un schéma en 4-2-3-1, Bagayoko opérant seul en pointe, attendant qu'on lui expédie le ballon, devant le trio Bekamenga, Da Rocha, Babovic. De Freitas et Faty évoluaient milieux défensifs alors que le quatuor arrière était composé de Pierre, invité à jouer latéral droit (« mais ponctuellement si c'est pour le bien de l'équipe, ça ne me gêne pas, » précise-t-il), Gravgaard, N'Daw et Guillon. Les Nantais se montraient d'autant moins à l'aise qu'ils avaient fâcheusement tendance à mettre la semelle (Faty, De Freitas) mais les Valenciennois ne mirent pas longtemps à répliquer, ce qui valut à De Freitas de se faire soigner une cheville pendant plusieurs minutes à la suite d'une intervention illicite de Saez (15è).

La rencontre s'enfonça doucement mais sûrement dans la médiocrité, les rares actions rappelant qu'il s'agissait de football étant à inscrire à l'actif des Nordistes. Il fallut attendre la 37è minute pour voir les Nantais construire un petit quelque chose : centre de Babovic, reprise de Bekamenga à côté. Pour le reste, on ne voyait guère que des coups francs et c'est l'un d'eux, résultat d'une faute commise sur Da Rocha sur le côté gauche, qui permit de débloquer enfin le tableau d'affichage. Sur le tir de De Freitas, Belmadi avança le coude, pour se protéger dira-t-il, « mais il a changé la direction du ballon », estima Tony Chapron qui, pour la deuxième fois de la soirée, et peut-être encore à tort, désigna le point de penalty.

Doublé de Bagayoko
Le contre-pied de Bayoko fut parfait, Nantes menait 1-0. On atteignait la 40è minute et c'était plutôt bien payé. Et, surtout, le scénario était devenu idéal pour les Canaris version Elie Baup puisqu'il les invitait essentiellement à défendre cet avantage, en se livrant à fond sur tous les ballons. Et c'est ce qu'ils firent. On peut leur reprocher un manque d'idées, d'imagination, de technique, d'intelligence du jeu mais assurément pas de combativité. Cela suffit rarement pour accomplir une bonne saison mais pour gagner un match ça peut aller. Encore plus d'ailleurs quand l'équipe d'en face y met du sien, à l'image de Penneteau qui ne put que repousser un shoot à ras-de-terre de Babovic. Bagayoko avait suivi, il glissa le ballon au fond des filets (53è minute). Le gardien valenciennois n'était pas très « clair » sur ce coup-là, on peut rappeler que Roussillon avait pensé à lui en 2006, lors du départ de Landreau.

Un football aux antipodes du style nantais
Il ne s'était rien passé depuis la reprise et Nantes avait ainsi doublé la mise. « On a encaissé le deuxième but trop tôt, » regrette Kombouaré. Les Canaris ne laissèrent pas en tout cas les Valenciennois se remettre en selle, ni surtout se procurer de véritables occasions. Alonzo, auteur d'un bon match, et il sait le faire savoir, anéantit celle qui échut à Khiter à la 81è minute. A cet instant, Bagayoko, l'un des héros de la soirée, avait quitté le terrain, laissant sa place à Djordjevic, lequel n'a pas paru très affûté. Auparavant, le Malien avait laissé filer un ballon de 3-0, sur un décalage de Da Rocha (70è).

Ce dernier fut encore une fois l'un des Nantais les plus en vue, avec De Freitas, c'est presque une habitude. Pour le reste, la défense centrale a paru une fois encore très empruntée et approximative dans ses relances. Mais à la fin des débats, l'heure n'était pas à faire la fine bouche, du moins côté « officiel ». Elle était à savourer cette première victoire. Il reste à en obtenir d'autres et tant que le niveau de jeu sera aussi faible et primaire Nantes avancera vraiment sans garantie.

Car le débat est aussi celui-ci : un grand entraîneur, un architecte, genre Suaudeau, aurait dit qu'il allait d'abord améliorer le jeu et que les résultats en découleraient petit à petit. Baup, lui, a décidé de privilégier les résultats, en croyant que, s'il les obtient, le jeu ira en s'améliorant. A chacun sa méthode.

 

B.V., le 21 septembre 2008



  Feuille de match :

Nantes / Valenciennes : 2-0 (1-0)
Arbitre : M. Chapron
Spectateurs : 19 772
But : Bagayoko (40'sp, 54').
Avertissements : N'Daw (12'), Saez (32'), Bisevac (41'), Faty (47'), Da Rocha (65').

Nantes : Alonzo - Pierre, N’Daw, Gravgaard, Guillon - Faty, De Freitas - Bekamenga, Da Rocha (cap.) (Vainqueur, 83'), Babovic (Maréval, 90'+2)– Bagayoko (Djordjevic, 77’). Entr. : E. Baup. Sur le banc : Heurtebis (g), Dossevi, Capoue, Keserü

Valenciennes : Penneteau - Mater (M.Traoré, 78'), Bisevac, Schmitz, Ducourtioux - Sanchez, Saez, Belmadi (Bangoura, 64'), Danic - Sebo, Pujol (Khiter, 63'). Entr. : A. Kombouaré. Sur le banc : Grondin (g), Abardonado, Jeovânio, Bezzaz

 

 

 

 

 
20/08 [Ouest-France]
24 heures dans la peau d'un lofteur
20/08 [Presse Océan]
Christian Bekamenga est rentré
20/08 [Ouest-France]
Khassimirou Diop encore Nantais
20/08 [Ouest-France]
Lusinga fixé sur son sort aujourd'hui
19/08 [Presse Océan]
Da Rocha : « Le football, c'est collectif »
18/08 [Ouest-France]
Guivarc'h : « Babovic doit lâcher son ballon plus rapidement »
18/08 [Le Télégramme]
Le jour et la nuit
18/08 [Presse Océan]
Vincent Laban, un Nantais en Ligue des Champions
18/08 [Presse Océan]
Keserü ne veut plus être « un intermittent »
18/08 [Presse Océan]
Le FC Nantes en mal de collectif

Recommandez ce site à un ami :

Votre Prénom :

E-mail de votre ami :


 

 

  • Envoyer cet article !      

 
 
A PROPOS DU SITE       CONTACTS       PLAN DU SITE
   

Copyright © 1999/2009 - FootNantais.com (site indépendant non officiel géré par
l'Association de défense du football à la Nantaise et hébergé par Nuxit) - Tous droits réservés.
Aucune des informations publiées sur FootNantais.com ne peut être reproduite, rediffusée ou publiée,
sous quelque forme que ce soit, sans accord écrit de notre part.