FootNantais.com (Fan Club Nantais)    -     Site indépendant et non officiel    -     Collectif de Défense du Football à la Nantaise


Nantes se rassure un peu

Nantes / Valenciennes (2-0) - Joueurs, le 21 septembre 2008

Alonzo décisif
 

Même si le championnat ne fait encore que débuter, les Nantais ont été bien inspirés de prendre leurs premiers trois points samedi face à Valenciennes. Quatre points en six matchs, ça n'est plus catastrophique et cela rassure, même si personne n'aura l'idée de s'endormir sur ce maigre capital. D'autant que le scénario du match a été des plus favorable. Les canaris peuvent en effet remercier leur nouveau gardien numéro un. Ils n'oublieront pas non plus de saluer l'arbitre, monsieur Chapron, très généreux à leur égard. Un penalty très gentil, un deuxième but entaché d'une position de hors-jeu, une faute de Gravgaard dans la surface… La roue a vite tourné dans le bons sens après Paris. On n'en dira pas autant pour le jeu et la valeur de l'effectif canari. (F.P.)

(© 2008) (http://www.fcnantais.com/articles/080921NantesValenciennesResume.php)

C'était le moment de gagner
Ce match contre Valenciennes tombait finalement au bon moment. Le constat est aussi aisé à tenir posteriori qu'oublieux d'une précédente opposition qui s'était soldée par un cinglant 5-2 obtenu par les Nordistes contre les coéquipiers de Barthez. Depuis, Valenciennes n'avait que rarement gagné loin de ses bases. Samedi les Nordistes se sont placés dans le groupe des équipes que Nantes devra laisser derrière lui s'il veut espérer s'en sortir en fin de saison.

Alonzo et Bagayoko décisifs
Kombouaré a indiqué après match que son équipe avait été encore plus mauvaise que celle de Nantes. Le constat est assez réaliste, bien que la possession de balle (60%) ait été largement en faveur de Nordistes plus à l'aise dans leurs enchaînements vers l'avant.
Nantes a surtout été efficace et profité de situations gérées de manière décisive par Alonzo et Bagayoko. D'abord sur une histoire de penalty. Le premier, logique, frappé sans malice par Danic et arrêté par l'ex-gardien parisien. Le second, généreux, transformé de manière imparable par l'attaquant malien. Ensuite en doublant la mise suffisamment rapidement pour ne pas être rongé par le doute, lorsque Bagayoko, hors-jeu au moment de la frappe de Babovic, reprenait un ballon repoussé par Penneteau..

Les individualités nantaises ont donc fait la différence, tandis que le jeu était encore aux abonnés absents, malgré les louables efforts de Da Rocha, soutien offensif dans l'axe, et de De Freitas, relayeur talentueux et courageux (il a joué la majeure partie de la rencontre malgré une entorse à la cheville, souvenir d'un tacle ciselé de Saez)

Quelques certitudes malgré les déséquilibres
Si les Nantais ne sont toujours pas brillants et convaincants, loin s'en faut, ils sont au moins appliqués, quand bien même la fébrilité était palpable en début et en fin de rencontre. Elie Baup qui avait déjà stigmatisé les déséquilibres de son effectif gargantuesque, un comble à mettre au débit de Kita et Larièpe, a du recomposer son flanc droit avec les non spécialistes Pierre et Bekamenga. En une semaine, il a aussi procédé à quelques réaménagements : Babovic remplace Capoue, Djordjevic passe devant Keserü. Quelques confirmations aussi : Da Rocha dans le rôle occupé en seconde période face au Paris SG, Guillon préféré à Mareval, N'Daw à nouveau en défense centrale.

Par petites touches Elie Baup construit donc progressivement sa meilleure équipe possible. Une tâche paradoxalement facilitée pour l'instant par certaines blessures, mais difficile à parfaire sur la durée si l'infirmerie ne désemplit pas. Le match de mardi en coupe de la Ligue face à Créteil devrait aussi lui permettre de faire jouer la concurrence et de concerner effectivement tous les éléments d'un groupe pléthorique. Reste à savoir si le résultat obtenu en région parisienne aura une incidence favorable sur la préparation des deux prochains déplacements à Caen puis à Grenoble. Là où il faudra prendre les premiers points à l'extérieur.

Un classement dont la direction est la principale responsable
L'assise tardive de ce début de saison, après la passation de « non-pouvoir » devenu pouvoir entre Der Zakarian et Baup, passe évidemment par un groupe de titulaires à former dans une organisation adaptée, tout en ne perdant pas trop de points en route. Si le recrutement avait été réellement judicieux, si la direction n'avait pas prolongé les contrats de ses joueurs de Ligue 2, si elle n'avait pas non plus imposé des joueurs, sur lesquels elle a des intérêts, à un entraîneur qu'elle comptait virer, avec les nombreux dégâts co-latéraux qui ont abouti à la désagrégation d'un groupe, le FC Nantes n'en serait pas là aujourd'hui. C'est-à-dire 19 ème et toujours dans l'inconnue, malgré l'apport sensible du travail mené, sans céder à l'urgence, par Elie Baup.


Notes et commentaires sur les joueurs :

Alonzo (7,5) : Match impeccable pour l'ex-parisien. Un penalty stoppé, deux face à face remportés devant Sebo (26') puis Khiter (81'), une présence rassurante dans la surface avec des ballons captés plutôt que boxés, la copie est sans fausse note et la performance décisive. Un seul petit regret : de trop nombreux dégagements au loin plutôt que des relances courtes. Mais sans doute s'agissait-il de consignes pour s'éviter quelques frayeurs.

Guillon (5) : Satisfaisant face à Paris, il est resté dans la continuité. S'il est passé devant Mareval en tant que titulaire sur le flanc gauche de la défense, il doit toutefois mieux faire encore. Son placement est correct, son engagement et sa concentration satisfaisants. Il doit faire preuve de davantage de maîtrise dans la relance en s'appuyant sur son expérience. Il s'est peu aventuré devant et s'est trouvé en difficulté en fin de match lorsque Danic alternait à droite.

Pierre (4,5) : De retour de blessure Pierre a eu le droit à un rappel sur le flanc droit, là où Serge Le Dizet l'avait fait jouer les utilités avant de s'en désintéresser. Complètement hors sujet en première période, que ce soit dans son placement ou dans ses relances, il concéda un penalty qui aurait pu être lourd de conséquence. Il s'est mieux comporté par la suite après le repos, à l'image de son centre au premier poteau pour Faty (60'), sur une de ses rares montées, et de quelques initiatives mieux maîtrisées. Il devrait profiter dans un premier temps de la suspension de N'Daw pour retrouver son poste dans l'axe. Un retour sans doute ponctuel, puisque Baup semble avoir trouvé sa nouvelle charnière centrale. C'est donc le banc que va bonifier prochainement l'ex-capitaine de Der Zakarian puisqu'à l'instar de sa saison en Ligue 2, il lui reste toujours à transformer en valeur ajoutée un potentiel qu'on lui reconnaît volontiers.

N'Daw (5) : L'ex-Sochalien, arrivé à Nantes grâce aux liens entretenus par Larièpe avec son agent Pierre Frelot (inculpé par deux fois par la justice lorsqu'il était directeur financier du Paris SG) et Pape Diouf (La Face cachée du Foot Business, chapitre « DiouFrelot » : un bien étrange attelage ) était titularisé pour le deuxième fois à gauche de Gravgaard. Il a une nouvelle fois usé d'expédients pour remplir sa tâche, à l'image de quelques fautes inutiles et de son quota de relances aussi longues qu'imprécises. On doit toutefois lui reconnaître quelques bonnes interventions défensives. Il a aussi récolté son 4 ème carton en 6 matchs. Podium en vue !

Gravgaard (4,5) : Relativement satisfaisant depuis le début de la saison, il n'a pas vraiment confirmé samedi soir. Même s'il est sûr et précieux dans son placement ou de par son jeu de tête, il reste encore étourdi dans certaines situations (il couvre Khiter qui se retrouve seul face à Alonzo, 81') et lent au démarrage (il commet une faute qui aurait pu être sanctionnée d'un penalty, 67').

Faty (5.5) : Beaucoup d'énergie dépensée au milieu de terrain pour le joueur prêté par l'AS Roma. Il en résulte malheureusement une certaine perte de lucidité quand il s'agit de construire ou de conclure, puisqu'on l'a vu plusieurs fois aller au bout dans la surface adverse (sa frappe détournée en corner 46', sa présence au premier poteau sur un centre de Pierre, 60'). Il va devoir trouver la bonne mesure en engrangeant expérience et confiance. Il est en progrès et doit confirmer en étant au moins régulier à un certain niveau, sous peine de voir William Vainqueur le suppléer pour peu qu'on veuille bien lui donner enfin sa chance. Les circonstances plaident pour l'instant pour Faty, et c'est un peu le lot du FC Nantes depuis quelques saisons…

De Freitas (6,5) : Rare satisfaction nantaise depuis le début de saison, De Freitas est toujours à la recherche de la régularité, à la fois à l'intérieur d'un match et d'une rencontre sur l'autre. Il reste malgré tout au-dessus du lot et est un garant sur lequel on peut s'appuyer pour espérer voir un peu de jeu dans cette équipe plus physique que technique. Rapidement mis au supplice par Saez, il n'a pas souhaité abandonner ses partenaires mal en point et a continué de jouer malgré une entorse de la cheville. Bien lui en prit, car il s'illustra davantage après le repos, à l'image de cette géniale talonnade pour Bekamenga qui ponctuait un des rares bons enchaînements nantais. Pour des questions d'équilibre sans doute, il n'a pas tiré les corners, ce qui ne constitue peut-être pas la meilleure décision du nouveau staff. On regrettera aussi que Babovic ait décidé de frapper un coup franc, à coté, alors que De Freitas a déjà montré plus de justesse dans cet exercice.

Da Rocha (5,5) : On le sait depuis longtemps, capitaine Da Roche est un diesel, il a besoin d'enchaîner les matchs pour être à son meilleur niveau. La progression depuis sa première titularisation face au Mans est donc notable, d'autant que Elie Baup a bien compris qu'il est plus précieux dans l'axe, n'en déplaise à Babovic, que sur le coté, où il peut toutefois rendre toujours service. Il a livré un match complet, autant dans un rôle de relais que pour harceler les premières relances à l'image de son duel avec l'intéressant colombien Sanchez. Certes il y a encore beaucoup trop de déchets dans ses initiatives, mais il n'a pas son pareil pour obtenir des fautes (le coup franc qui va aboutir au penalty) et pour guider par sa disponibilité l'orientation du jeu. Il nous a gratifié d'un régal d'enchaînement : contrôle du droit, passe aveugle du gauche pour Bagayoko, pour une des rares occasions nettes des canaris (70'). On regrettera un coup de coude évitable qui lui valut un avertissement logique.

Bekamenga (4) : Juste récompense après deux entrées en jeu satisfaisantes, Bekamenga était titularisé pour le première fois depuis qu'il a rejoint les bords de l'Erdre. Erreur de casting malheureusement car, délocalisé sur le flanc droit, il n'a pas confirmé les espoirs que Baup semblaient avoir placés en lui. Le bilan est en effet largement négatif, malgré une certaine application notamment sur le plan défensif. Pour le reste, pas grand chose à écrire dans la colonne « + ». Il se retrouve en bonne position pour reprendre un centre de Babovic (36'), une bonne passe pour Da Rocha (occasion de 3 ème but pour Bagayoko) et il place une bonne frappe dans le temps additionnel. Dans l'autre colonne : beaucoup de ballons perdus, aucun centre exploitable, peu de duels remportés. Il n'a donc pas montré qu'il était une alternative durable à l'absence de Abdoun.

Babovic (5) : Privé de match au Parc, c'était donc le retour du nouveau Babovic. Celui qui a coupé ses cheveux et qui tente de nettoyer son jeu de dribbles superflus. Comme face au Mans, cette nouvelle facette du joueur serbe semble opérer au détriment de son rendement. Au moment de dresser un bilan de son match, on regrette en effet une trop grande discrétion. Il semble toujours se chercher, à l'image de ses retards à l'allumage dans le travail défensif. Il n'apparaît pas non plus au mieux de sa condition physique. Le changement d'attitude reste néanmoins notable. Il s'est procuré une occasion en première mi-temps à la récupération d'un coup franc contré qu'il avait lui même frappé. Il a délivré un bon centre à revers pour Bekamenga (36') et est évidemment indirectement à l'origine du second but. Larièpe et Kita sont toutefois en droit d'attendre beaucoup plus de leur protégé s'ils veulent faire fructifier leur investissement.

Bagayoko (5,5) : Les chiffres parlent pour lui : deux buts ! Il a au moins le mérite d'être l'artisan final de ce premier succès si important. Il reste malgré tout très en deçà de son meilleur rendement. On ne doit pas oublier qu'il n'a pas joué durant de longs mois. Contraint, Michel Der Zakarian en sait quelque chose… Bagayoko aurait même pu réaliser le hat-trick à la réception d'une passe de Da Rocha, si Penneteau avait été aussi mal inspiré que sur son deuxième but. A côté de ça, le Malien a pesé comme à son habitude, le plus souvent dos au but, sans trouver la profondeur que Da Rocha ne pouvait pas offrir. A cours de compétition, il a tout de même perdu beaucoup trop de ballons.

Djordjevic : Entré à la place de Bagayoko pour jouer davantage en pointe que n'aurait pu le faire Keserü, ce qui reste à prouver, on se gardera donc de dire qu'il bénéficie à nouveau des passes droits intéressés de ses « tuteurs ». Il a beaucoup couru, montrant ainsi qu'il semblait avoir retrouver un peu de « cannes », malgré un éventuel surpoids. C'est tout ce qu'on peut retenir de son quart d'heure de jeu, à un moment où Nantes commençait à se faire un peu peur.

Vainqueur : Il a remplacé Da Rocha pour jouer beaucoup plus bas. Une rentrée positive tant dans l'engagement que dans l'utilisation du ballon. Il ne doit surtout pas se décourager et continuer d'être un des meilleurs à l'entraînement.

 

 

F.P., le 22 septembre 2008



  Statistiques (LFP) :

Possession : Nantes 41% - VA 59%
Tirs cadrés / Total tirs : Nantes 6/13 - VA 3 / 9
Occasions : Nantes 7 / VA 5
Corners : Nantes 8 - VA 6
Centres : Nantes 18 / VA 21
Fautes : Nantes 20 / VA 21
Passes réussies : Da Rocha 78%, De Freitas 72%, Faty 69%, Guillon, N'Daw 58%, Babovic 55%, Gravgaard 52%, Pierre 51%, Bekamenga 44%, Bagayoko 35% (Vainqueur 87%, Djordjevic 20%)
Ils ont touché le plus de ballons : Guillon(62) Pierre(59)
Ils ont touché le moins de ballons : Gravgaard(17) N'Daw(31)
Ils ont gagné le plus de ballons : Pierre(22) Guillon(16) Faty(15)
Ils ont gagné le moins de ballons : Bagayoko(3) Da Rocha(4) Babovic(8)
Ils ont perdu le moins de ballons : Gravgaard(8) De Freitas(9) Da Rocha(11)
Ils ont perdu le plus de ballons : Bekamenga(26) Pierre, Guillon, Babovic(25)
 Feuille de match :
Nantes / Valenciennes : 2-0 (1-0)
Arbitre : M. Chapron
Spectateurs : 19 772
But : Bagayoko (40'sp, 54').
Avertissements : N'Daw (12'), Saez (32'), Bisevac (41'), Faty (47'), Da Rocha (65').

Nantes : Alonzo - Pierre, N’Daw, Gravgaard, Guillon - Faty, De Freitas - Bekamenga, Da Rocha (cap.) (Vainqueur, 83'), Babovic (Maréval, 90'+2)– Bagayoko (Djordjevic, 77’). Entr. : E. Baup. Sur le banc : Heurtebis (g), Dossevi, Capoue, Keserü

Valenciennes : Penneteau - Mater (M.Traoré, 78'), Bisevac, Schmitz, Ducourtioux - Sanchez, Saez, Belmadi (Bangoura, 64'), Danic - Sebo, Pujol (Khiter, 63'). Entr. : A. Kombouaré. Sur le banc : Grondin (g), Abardonado, Jeovânio, Bezzaz

 

 

 

 

 
20/08 [Ouest-France]
24 heures dans la peau d'un lofteur
20/08 [Presse Océan]
Christian Bekamenga est rentré
20/08 [Ouest-France]
Khassimirou Diop encore Nantais
20/08 [Ouest-France]
Lusinga fixé sur son sort aujourd'hui
19/08 [Presse Océan]
Da Rocha : « Le football, c'est collectif »
18/08 [Ouest-France]
Guivarc'h : « Babovic doit lâcher son ballon plus rapidement »
18/08 [Le Télégramme]
Le jour et la nuit
18/08 [Presse Océan]
Vincent Laban, un Nantais en Ligue des Champions
18/08 [Presse Océan]
Keserü ne veut plus être « un intermittent »
18/08 [Presse Océan]
Le FC Nantes en mal de collectif

Recommandez ce site à un ami :

Votre Prénom :

E-mail de votre ami :


 

 

  • Envoyer cet article !      

 
 
A PROPOS DU SITE       CONTACTS       PLAN DU SITE
   

Copyright © 1999/2009 - FootNantais.com (site indépendant non officiel géré par
l'Association de défense du football à la Nantaise et hébergé par Nuxit) - Tous droits réservés.
Aucune des informations publiées sur FootNantais.com ne peut être reproduite, rediffusée ou publiée,
sous quelque forme que ce soit, sans accord écrit de notre part.